Votre banquier deviendra-t-il bientôt un robo-advisor ?

Une page commence à se tourner pour le conseil en investissement. Depuis quelques années, ce sont développés des robots qui automatisent les conseils d’investissements avec un certain succès. Bientôt la fin de conseil financier par un humain?

Alors que la clientèle fortunée reçoit depuis toujours des conseils personnalisés de leur banquier privé, les autres clients moins fortunés doivent se contenter d’une gestion autonome avec un simple rapport de portefeuille un fois l’an. Aucun conseil de qualité pour la plupart des  petits investisseurs individuels. Cette situation, les Fintech’s l’ont bien comprise. Elles proposent depuis quelques années des robots conseils ou « Robo-advisors » pour gérer votre épargne et votre portefeuille d’actions.

Des robots pour gérer votre épargne!

Le message commercial est simple. Que faites-vous avez votre épargne quand les taux sont aussi bas? Rien de tel qu’un conseiller personnel pour booster votre épargne. Alors les sociétés financières et les Fintech’s actives dans le secteur vous proposent des conseils d’investissements personnalisés basés sur votre profil d’investisseur et les risques que vous être prêt à prendre.

Le robo-advisor ou conseiller virtuel est commandé par un algorithme très complexe qui compile un grand nombre d’informations du marché, d’historiques de cours et de modèles financiers. Il en ressort des recommandations d’investissements que vous être libre de suivre ou non. Ces conseils vous proposerons d’investir sur tel produit financier, sur une action en particulier ou, au contraire, de désinvestir certains secteurs d’activités.

Il existe deux types de robo-advisor. Tout d’abord la gestion sous mandat de votre portefeuille. Vous donnez mandat au robot de prendre les décisions à votre place, lui donnant en quelque sorte carte blanche pour investir en bourse. Ensuite, la gestion conseillée où le robot vous donne des recommandations financières que vous êtes libre d’accepter ou non.

Les Robo-advisors sont vraiment efficaces ?

Les conseillers virtuels sont particulièrement peu onéreux par rapport aux tarifs en vigueur dans le monde de la gestion de patrimoine. Par ailleurs, il n’y a pas de capital minimum requis, ce qui permet à un grand nombre d’investisseurs de profiter de cette solution de placement.

Malgré leurs faibles coûts, la question fondamentale porte évidemment sur l’efficacité des conseillers virtuels. En effet, vous indiquez votre profil d’investisseur (défensif, agressif ou neutre) et définissez le niveau de risque que vous êtes prêt à prendre et le robot calcule lui-même les placements à opérer avec un niveau de risque maximal et la probabilité de gain.

Il est encore difficile de juger de la performance à long-terme des robo-advisors. Il faudrait pour cela plus de recul pour évaluer leurs comportements à travers les différents cycles boursiers. Comment les algorithmes pourraient se comporter durant une crise boursière? Ceux-ci ne vont-ils pas céder à la panique dès le moindre sursaut et une forte volatilité? C’est évidemment après avoir observé la robustesse de ces robots qu’il sera possible de confirmer leur stabilité à travers les tempêtes.

Comment choisir son robo advisor ?

Vous êtes décidé à passer à l’action. Ne négligez cependant pas l’étape de sélection de votre robot gestionnaire. Il en existe des dizaines partout en Europe mais ils opèrent souvent différemment avec des frais de gestion variant du simple au double. N’hésitez donc pas à comparer les offres et glaner des informations sur leur sites web respectifs. Des comparateurs de robo advisor peuvent également mettre toutes ces offres en perspective pour vous conseiller le meilleur opérateur.

Plusieurs critères permettent de choisir le meilleur robo advisor. Il existe des robots totalement automatisés, sans intervention humaine, et d’autres dits « semi-automatisés » qui requièrent une intervention humaine. Même si la performance en terme de rendement n’est pas clairement observée, un investisseur prudent sera certainement rassuré par un robot semi-automatisé. Par ailleurs, certains robo advisors vous permettront de modifier quelque peu l’allocation de vos actifs pour mieux refléter votre profil d’investisseur. Vous pourriez également porter votre dévolu sur un système vous proposant un système de calcul de risque et de money management pour garder le contrôle sur votre portefeuille.

Les frais liés à la gestion de votre portefeuille sont évidemment un argument de poids pour choisir un robo advisor. Lisez en détail les politiques tarifaires des robo advisors car celles-ci peuvent changer radicalement d’une société à une autre. Certaines sociétés vous factureront un pourcentage périodique sur votre capital alors que d’autre vous factureront des frais pour chaque transaction. C’est ici qu’il convient d’être prudent car vous n’avez, au départ, aucune idée du nombre de transactions que le robot effectuera. Je vous conseille donc d’opter pour des frais de gestion de votre capital.


En conclusion, ces conseillers virtuels sont une bonne chose puisqu’ils donnent des conseils que vous êtes libre de suivre. Ils pourront vous guider dans le monde de la finance et de la bourse ou confirmer une analyse de marché que vous aviez déjà faite. Cependant, le manque de recul impose de rester prudent quant à l’utilisation sans réserver de ces outils. Vous garderez donc toujours la main-mise sur votre portefeuille et vous serez le seul à prendre la décision d’achat ou de vente.


Maintenant, c'est à vous de jouer! Avez-vous déjà investi en bourse avec un conseiller virtuel? Partagez vos commentaires ci-dessous.


Votre banquier deviendra-t-il bientôt un robo-advisor ?
4 (80%) 3 votes

Commentaires

Catégorie: Opinions & débats

Tags:

Article par: Boursomaniac

Passionné d'analyse technique et des chandeliers japonais depuis plusieurs années. Je partage mes conseils boursiers, mes réflexions ainsi que mes stratégies de trading aux investisseurs désireux d'optimiser leurs investissements.