Les indicateurs techniques les plus utilisés en bourse

L’analyse technique se base sur la représentation des cours combinée à des indicateurs techniques, des oscillateurs ou des indicateurs de tendance. Ces outils permettent de détecter des renversements de tendance, d’indiquer des zones de sur-achat ou de survente et finalement d’identifier des opportunités d’achat ou de vente.

Il existe un grande variété d’indicateurs techniques :

Dans cet article, nous traiterons en détail des indicateurs techniques plus atypiques souvent très clairs et compréhensibles pour leur représentation graphique. Parce qu’ils ne sont pas redondants avec les autres indicateurs classiques, ils pourront être utilisés de manière complémentaire.

Bandes de Bollinger

Cet outil d’analyse technique est représenté par une moyenne mobile simple à 20 jours entourée de deux bandes dites « de Bollinger » représentant l’écart type par rapport à la moyenne. Il s’agit ici d’un outil statistique qui évolue en fonction de la volatilité d’une action.

En supposant que les marchés boursiers évoluent selon une « loi normale », on considère que ceux-ci évoluent dans environs 95% des cas à l’intérieur des bandes de Bollinger. Tout dépassement de la bande inférieure ou supérieure indique que les cours ont dépassé (respectivement à la hausse ou à la baisse) l’évolution statistiquement prévue.

Les bandes de Bollinger alternent entre des périodes de volatilité (les bandes s’écartent l’une de l’autre) et de non-volatilité (les bandes se rapprochent l’une de l’autre). A noter qu’un rétrécissement des bandes de Bollinger (période de non-volatilité) présage souvent un retournement de tendance.

On observe généralement que les prix oscillent entre la bande inférieure et la bande supérieure. Cependant, en cas de forte tendance haussière ou baissière, les cours ont tendance à coller respectivement la bande supérieure ou la bande inférieure.

Comme indiqué sur le graphique, les cours alternent entre la bande supérieure et inférieure entre mars et juin pour ensuite coller la bande inférieure durant la forte tendance baissière. On remarque également le rétrécissement des bandes de Bollinger en octobre qui présage un retournement de tendance.

Parabolique SAR

La parabolique SAR ou « Stop and Reverse » se représente par une succession de points distincts formant une courbe parabolique concave ou convexe.

On dit que le SAR est « long », dans le cadre d’une tendance haussière, lorsque les points sont en dessous des cours. A mesure que le temps passe, les points vont se rapprocher des cours. Lorsque les cours touchent les points SAR, le système devient « court » est la succession de points forme une courbe concave au-dessus des cours. Et ainsi de suite.

Cet outil est un indicateur de tendance qui anticipe également le retournement des cours. Par ailleurs, il peut aussi s’avérer utile pour prendre position ou au contraire sortir d’une position. Comme le montre le graphique ci-dessous, les signaux d’achat ou de vente se déclenchent lorsque les cours touchent les points de la SAR:

  • Lorsque la courbe SAR est convexe, c’est-à-dire que la tendance est haussière, le signal de vente intervient lorsque les points touchent en vert les cours.
  • A contrario, lorsque les points forment une courbe concave, le signal d’achat arrive lorsque les points en rouge touchent les cours.

Points pivots

Les points pivots sont composés de 5 paliers. Tout d’abord le point pivot à proprement parlé puis deux supports (S1 et S2) ainsi que deux résistances (R1 et R2).

Ces paliers permettent de prédire, la veille, l’évolution des cours du lendemain. Il s’agit d’un indicateur très apprécié des day-traders qui travaillent sur des périodes de temps très courtes. Ainsi, lorsque les cours du lendemain évoluent au-dessus du point pivot, l’orientation des cours sera positive. En tant qu’acheteur, l’objectif de progression se situera d’abord vers la première résistance (R1) puis R2 en cas de prolongement du mouvement haussier.

Il en va de même avec les supports dans le cas de vente à découvert. Les vendeurs auront pour objectif S1 puis S2.

A noter que cet indicateur ne peut être utilisé que dans le cadre d’une tendance bien marquée mais aussi sur une valeur présentant de forts volumes de transactions.

RSI

Le RSI ou Relative Strength Index rapporte les forces acheteuses et vendeuses sur le marché d’une action au moment de la clôture. Tout comme la Stochastique, il s’agit d’un indicateur borné de 0 (zone de sur-vente) à 100 (zone de sur-achat). Ainsi, plus la pression acheteuse exercée lors des jours de hausse primera sur la force vendeuse, plus le RSI augmentera et approchera de la borne supérieure. On dira que le titre est suracheté. Le contraire est vrai aussi, plus la force vendeuse durant les jours de baisse dépassera la force acheteuse, plus le RSI tombera vers 0.

Lorsque le RSI pénètre dans la zone comprise entre 70 et 100, l’action est considérée comme surachetée. De même, lorsque la RSI évolue entre 30 et 0, on dit que l’action est survendue.

Outre les zones de sur-vente et de sur-achat, le RSI permet de mettre en évidence des divergences par rapport aux cours de l’action. Ainsi, comme le montre le graphique, la divergence baissière apparaît en 2014 lorsque les cours continuent de progresser alors que le RSI est baissier.

Stochastique

La stochastique est aussi très utilisée par les investisseurs pour détecter si les cours d’une action se trouvent dans une zone de sur-achat ou de sur-vente. En effet, cet indicateur compare le cours de clôture par rapport aux plus hauts et aux plus bas formés durant la période considérée. Cet oscillateur se compose de deux courbes ; la courbe %D (lente) et la courbe %K (rapide).

Une action est dite « survendue » lorsque la stochastique s’approche ou descend en dessous de 30 et « surachetée » lorsque l’oscillateur évolue proche ou dépasse les 70.

Notez cependant que l’approche ou le dépassement d’une borne ne signifie pas pour autant un retournement de tendance imminent ! On imagine très bien qu’une stochastique qui évolue depuis un certain temps autour de la borne supérieure soit le reflet d’une tendance haussière solidement installée. Il conviendra de combiner cet oscillateur avec un autre indicateur pour prévenir les retournements de tendance.

Comme indiqué sur le graphique, des signaux d’achat sont lancés lorsque la stochastique évolue proche de la borne inférieure (zone de sur-vente) et que la courbe %K (rapide) dépasse par le haut la courbe %D (lente). A contrario, un signal de vente sera émis lorsque, dans une zone de sur-achat, la %K franchi la courbe %D à la baisse.

Momentum

Le momentum mesure la variation entre le cours de clôture actuel et le cours de clôture de n jours auparavant. Cet indicateur met en évidence l’accélération de la tendance en cours. Ainsi, dans un rallye haussier, le momentum sera positif et augmentera fortement alors qu’en tendance baissière, le momentum sera négatif et diminuera même en dessous de 0.

Cet indicateur est très utilisé pour identifier d’éventuelles divergences avec les cours. En effet, comme le montre le graphique ci-dessous, il y a une divergence baissière en mai 2014 lorsque le momentum diminue alors que les cours continuent à progresser et former de nouveaux sommets. Cette divergence devrait être la prémisse d’un inversement de tendance.

Notez que l’indicateur momentum n’est pas borné. Il n’est pas possible d’identifier des zones de sur-achat ou de sur-vente. Il faudra le combiner avec un autre indicateur technique.

L’indicateur Repulse

Cet indicateur technique atypique est évidemment complémentaire aux autres indicateurs classiques. En effet, il permet d’évaluer à l’instant T la force d’un mouvement haussier ou baissier sans se baser sur l’historique des cours. Le Repulse étudie uniquement l’évolution des cours sur une période (5 minutes, 1 heure, un jour, …), peu importe le chandeliers précédent.

Le Repulse est souvent difficile à appréhender par les traders car il se base sur une toute autre logique. Cet indicateur technique ne prédit en aucun cas l’évolution future des cours mais étudie le rapport de force entre acheteurs et vendeurs. Ainsi, dans une tendance haussière:

  • plus le sommet des cours est éloigné du cours de clôture, plus les vendeurs ont échoués à clôturer proche de ces plus hauts. L’indicateur diminuera dans ce cas.
  • a contrario, si le cours de clôture est proche des plus hauts enregistrés, cela signifie une victoire des acheteurs et l’indicateur sera élevé
  • il en va de même lorsque les cours ont clôturés largement au-dessus des plus bas. Cela montre que les acheteurs l’ont emportés sur les vendeurs et l’indicateur sera élevé

Le rapport de force entre les acheteurs et les vendeurs

En plus d’indiquer un rapport de force entre acheteurs et vendeurs, l’indicateur technique Repulse permettra de mettre en évidence des divergences haussières ou baissières. Ainsi, comme illustré dans le graphique ci-dessous, une divergence baissière est identifiée lorsque les cours forment des sommets successifs alors que l’indicateur Repulse n’en forme pas. Cette divergence baissière, qui témoigne d’une hésitation des acheteurs, suppose d’alléger la position ou sortir purement et simplement du marché.

En reprenant le graphique ci-dessous, on peut clairement identifier des divergences haussières et baissières ou des convergences entre les cours et l’indicateur. Ainsi, le deuxième sommet formé en A est accompagné d’une divergence sur l’indicateur Repulse. Il convient alors d’alléger ou de sortir du marché. Ce sera une bonne décision puisque les cours vont fortement corriger. La fin de la tendance baissière arrive en B avec la formation d’une divergence haussière.Ensuite viendront une succession de divergences et de convergences qui permettront de renforcer ses positions ou au contraire de les alléger.

Un bon indicateur technique mais à certaines conditions

Le Repulse ne s’utilise pas comme les autres indicateurs techniques. Par exemple, il n’est d’aucune utilité dans un marché sans tendance. Vous ne devrez l’utiliser que dans le cas d’une tendance claire à la hausse ou à la baisse.

A contrario, l’indicateur Repulse est moins efficace lors d’une accélération de tendance, c’est-à-dire dans le cadre d’un rallye haussier ou baissier. En effet, de tels mouvements boursiers empêchent l’indicateur de former des divergences. Celles-ci sont capitales dans l’utilisation de l’indicateur.

Ces deux conditions mettent en évidence l’importance d’utiliser le Repulse en complément des autres indicateurs que vous utilisez dans le cadre de l’analyse technique. N’oubliez pas que les indicateurs ne donnent que des faisceaux d’indices ou tout au plus une aide à la décision.

Une aide à la décision

Enfin, l’indicateur Repulse est atypique dans son utilisation. Il ne prédit pas l’évolution future des cours et il ne se base pas sur le passé. Il faut considérer le Repulse comme une formidable aide à la décision qui assistera le trader dans les moments décisifs:

  • Gardez votre position tant que l’indicateur évolue dans le même sens des cours boursiers
  • Allégez votre position ou soyez prudent lors de l’apparition de divergences ou d’hésitations
  • Sortez du marché lorsqu’une forte divergence apparaît
  • Ne rentrez pas sur le marché lors d’une accélération de la tendance

 


Les indicateurs techniques les plus utilisés en bourse
4 (80%) 2 votes

Commentaires

Catégorie: Apprendre la bourse

Tags:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × quatre =

Article par: Boursomaniac

Passionné d'analyse technique et des chandeliers japonais depuis plusieurs années. Je partage mes conseils boursiers, mes réflexions ainsi que mes stratégies de trading aux investisseurs désireux d'optimiser leurs investissements.