L’analyse technique ou l’art de réussir en bourse

L’analyse technique est basée sur l’étude des prix et des volumes historiques pour en prédire l’évolution future. En se focalisant uniquement sur ces données, les investisseurs ignorent complètement les forces extérieures qui agissent sur les marchés.

Se concentrer sur les graphiques boursiers, c’est avant-tout analyser la conséquence plus que la cause. Cette méthode permet d’éliminer toute interférence avec les autres éléments du marché et se concentrer uniquement sur la prédiction des tendances et de leur évolution.

Je mentirais en disant que l’analyse technique permet de facilement réussir en bourse. Les indicateurs techniques ne peuvent pas tout. Ils sont juste là pour apporter des faisceaux d’information qui, lorsqu’ils sont concordants, permettent de se positionner sur un marché boursier.

Les concepts d’analyse technique et de chartisme ne sont pas des vérités toutes faites. Ils sont principalement basés sur des observations et une étude approfondie du passé. Vous comprendrez rapidement que, même s’ils sont déterminants dans la réussite d’une stratégie de trading, les concepts de l’analyse technique ne sont pas infaillibles et se basent souvent sur des hypothèses que vous devriez toujours garder à l’esprit.

L’art et la maîtrise plutôt que la science

Alors que beaucoup de méthodes d’investissement recommandent des connaissances mathématiques et statistiques, l’analyse technique est simple à utiliser et permet à chaque investisseur de construire sa propre stratégie de trading avec un savant mélange d’indicateurs, d’études graphiques mais aussi de psychologie. Au final, les possibilités d’analyse sont infinies. L’étude d’un même graphique par plusieurs investisseurs conduira inéluctablement vers recommandations nuancées voire divergentes. Ainsi, l’étude graphique et technique des cours boursiers relèvent plus de l’art que de la science.

On ne peut pas tout expliquer

Alors que nous sommes submergés par des flux d’information en continu, on essaye toujours de trouver une explication à tout. En bourse, force est de constater que tout ne peut s’expliquer. Au lieu de trouver réponse à chaque événement ou mouvement de marché, les analystes extrapolent le passé pour prédire le futur et appliquent méthodiquement ces modèles empiriques.

L’histoire se répète

C’est la base de l’analyse technique. Etudier le passé et modéliser l’évolution des marchés pour prédire l’avenir. De multiples études montrent que les marchés évoluent souvent selon ces modèles a fortiori sur de longues périodes. Attention cependant à ne pas tomber dans l’excès. N’en déduisez pas que les cours boursiers se comportent toujours comme dans le passé. Il existe de nombreuses déviations par rapport à l’historique des cours (d’autant plus à court terme) qui peuvent vous conduire à l’échec.

L’ensemble des indicateurs techniques sont basés sur l’étude du passé pour prédire les tendances à avenir. C’est le cas notamment des moyennes mobiles, du MACD ou de la Stochastique. D’autres oscillateurs comme le RSI indiquent des zones de surchauffe mais sont également calculés sur l’historique des cours. Seul l’indicateur technique Ichimoku prétend donner une indication dans le futur mais cette prédiction est aussi tirée indirectement des prix dans le passé.

La prophétie auto-réalisatrice

Le succès de l’analyse technique et la large adoption de cette méthode d’investissement auprès des traders tourne parfois au désavantage. Sur base d’un même graphique et des mêmes indicateurs, de plus en plus de traders prennent des actions similaires, ce qui force la prédiction à se réaliser. C’est clairement un avantage lorsque vous êtes du bon côté mais c’est une faiblesse lorsque tous les traders vont sortir en même temps du marché.

L’analyse technique ou l’analyse fondamentale ?

Il existe deux grandes méthodes pour investir en bourse. L’ensemble des investisseurs sont partagés entre l’analyse fondamentale qui se base sur l’analyse du bilan des entreprises et l’analyse technique ou l’analyse graphique qui prétend prédire les cours de bourse sur base des données historiques.

Evidemment, les adeptes des deux camps sont irréconciliables pour s’accorder sur LA méthode d’analyse boursière qui fonctionne réellement. Certains fans de l’analyse fondamentale prétendent que l’analyse graphique est un mythe alors que les pourfendeurs de l’analyse fondamentale ne jurent que par la modélisation de l’évolution des cours, sans aucun rapport avec la réalité boursière.

Il n’y a pas une et une seule méthode pour gagner en bourse. C’est l’investisseur qui choisira en fonction de ses connaissances et de la période de temps sur laquelle il veut investir en bourse. Il est clair que l’analyse fondamentale est plutôt orientée sur le long terme alors que l’analyse technique peut s’appliquer sur le très court terme (day trading) ainsi que sur le long terme (plusieurs mois à quelques années).

La représentation des graphiques boursiers par des chandeliers japonais

L’analyse graphique se base essentiellement sur les prix et leur représentation se fait le plus souvent par des chandeliers japonais ou des bar chart. Cette représentation graphique permet de donner les prix d’ouverture et de clôture sur une période donnée (par exemple une journée) mais aussi d’informer sur l’amplitude des cours durant cette séance (les plus hauts et le plus bas).

En découle également des combinaisons de chandeliers appelées des figures, telles que l’étoile de matin ou la couverture en nuage noir.

L’utilisation des indicateurs techniques en bourse

Les adeptes de l’analyse technique et graphique utilisent des indicateurs techniques ou des oscillateurs basés sur les statistiques et permettant de modéliser l’évolution des cours boursiers, le postulat étant que le passé se répète inlassablement. Ces indicateurs techniques permettent de mettre en évidence, très tôt et avant les autres investisseurs, des retournements de tendance ou des zones de surchauffe.

Chaque investisseur fera sa propre sélection d’indicateurs techniques qu’il combinera avec les cours représentés en chandeliers japonais.

La détection des tendances boursières

Les cours de la bourse n’évoluent pas en ligne droite, dommage! Ils se comportent de trois manières différentes. Soit les cours augmentent, soit ils diminuent ou ils stagnent. L’objectif de l’investisseur sera de détecter ces tendances et de s’y coller le plus possible.

Pour identifier et suivre la tendance le plus tôt et si possible avant les autres, les investisseurs utilisent les moyennes mobiles. Celles-ci représentent la moyenne des cours sur une période donnée. Si les moyennes augmentent jour après jour, on considère que la tendance est haussière et inversement.

On dit qu’il y a un signal d’achat lorsque que les cours évoluent au dessus de leur moyenne mobile (à 5 jours par exemple) ou lorsque qu’une moyenne mobile courte (à 10 jours par exemple) dépasse la moyenne mobile longue (à 50 jours par exemple).

L’évolution des volumes de transactions

Les volumes de transactions durant chaque séance boursière pourront aider l’investisseur à comprendre les forces du marché, c’est-à-dire le rapport entre les acheteurs et les vendeurs. Eh oui, la psychologie des marchés boursiers est aussi très importante.

Par exemple, des hausses consécutives (on appelle cela un rallye boursier) sans volumes témoignent de la faiblesse de la tendance haussière. Celle-ci a beaucoup de chance de s’essouffler rapidement.

L’investisseur choisira sa propre méthode d’analyse. Quelle soit fondamentale ou technique. La prédiction des cours de bourse, peu importe la méthode utilisée, n’est pas une science exacte. Le tout est d’obtenir un faisceau de présomptions suffisant et cohérent pour prendre position sur le marché.

L’analyse technique avec plusieurs périodes de temps

Maîtriser le bon tempo sera la clé du succès. L’analyse graphique à travers plusieurs périodes de temps peut vous aider. Les tendances boursières sont classées en différentes catégories (primaire, intermédiaire et court-terme). Les graphiques des cours boursiers peuvent être représentés simultanément sur ces diverses périodes. Ainsi, il est probable que les graphiques boursiers soient contradictoires lorsqu’ils sont représentés sur différentes périodes de temps. Par exemple, la tendance boursière à long-terme (primaire) pourrait être haussière alors que la tendance serait baissière sur la période intermédiaire ou à court-terme.

Généralement, les traders débutants ne considèrent les graphiques boursiers que sur une seule période de temps (en journalier par exemple). Ils ignorent souvent la puissante de la tendance primaire. A contrario, d’autres traders utilisent la tendance primaire mais sous-estiment l’importance de la période à court-terme qui permet pourtant d’affiner la prise de position sur les marchés boursiers.

Quelle période de temps choisir pour représenter les graphiques boursiers?

Le principe général dit que plus la période de temps est longue, plus la qualité du signal est pertinent. Au contraire, plus la période de temps est petite, plus le graphique boursier est pollué par des mouvements erratiques aussi appelés le « bruit ». Idéalement, l’investisseur devra utiliser la période la plus longue pour définir la tendance primaire du produit financier qu’il s’apprête à trader.

Une fois que la tendance primaire est définie, le trader peut définir la période intermédiaire qui en découle ainsi que la période à court-terme. Il est d’usage d’appliquer un facteur 5 entre chaque période (une semaine, un jour, une heure). Evidemment, la définition des périodes de temps est aussi fonction de votre profil de trader:

  • Un Swing trader, qui est exclusivement concentré sur les graphiques journaliers, pourra utiliser une représentation graphique hebdomadaire comme tendance primaire et un graphique à 60 minutes comme période à court-terme.
  • Un Day trader, qui prend de nombreuses positions sur la journée, travaille principalement avec des graphiques en 15 minutes. Il utilisera les graphiques en 60 minutes pour définir la tendance primaire et des graphiques en 5 minutes (ou par stick) pour identifier la tendance à court-terme.
  • Un trader conservateur (position long-terme) utilise des graphiques hebdomadaires. Il utilise les graphiques boursiers mensuels pour définir la tendance primaire et des graphiques journaliers pour définir la tendance court-terme.

En fonction de votre profil de trader, vous identifierez facilement la période de temps idéale pour identifier la tendance primaire. En découlera alors les tendances intermédiaire et à court-terme.

Ainsi, vous utiliserez le graphique long-terme pour identifier la tendance du marché, le graphique de période intermédiaire pour obtenir les signaux de trading et la période à court-terme pour affiner et optimaliser votre entrée sur le marché.

Gardez cependant à l’esprit que le graphique à court-terme est souvent pollué par de faux signaux. Cette période de temps ne devra pas peser trop lourd dans votre processus de décision. Ce type de graphique n’a vocation qu’à confirmer ou infirmer une hypothèse basée sur le graphique primaire.

L’analyse technique ou l’art de réussir en bourse
4.4 (88%) 5 votes

Commentaires